Choisir la langue... eng  
Accueil Les pierres pr?cieuses Le diamant

La diamant

Almaz_06Le diamant (? ограненном l'aspect le diamant) — la pierre la plus connue et d?tordue de bijouterie. Mais ? degr?s ou d'?meraude огранка ne fait pas le diamant par le diamant. Il est entour? d'un tas de mythes et les l?gendes, bien que plusieurs d'eux — le r?sultat de la propagande habilement construite. Qui n'entendait pas devenant ail? l'expression : le diamant — le roi des pierres pr?cieuses, les diamants — les meilleurs amis des jeunes filles, les diamants sont ?ternels, le diamant est une larme fig?e etc. Ces mythes rien moins que sont inoffensifs ainsi, comme peut se montrer. Il les y avait non ? la place vide et sont soutenus non eux-m?mes.

Le diamant est unique en effet. Il occupe la ligne sup?rieure dans l'?chelle de la fermet? de Moosa (la fermet? 10) et ? 140 fois est plus ferme que la deuxi?me pierre dans cette ?chelle — le corindon. Pr?s du diamant la temp?rature ?lev?e de la fonte (3820° selon le Kelvin). ? vrai dire, il est difficile de le mener ? un tel ?tat : en effet, le diamant br?le ? la temp?rature 900° selon Tsel'siju (mais voici les corindons br?ler non ainsi il est simple — lui selon l'?paule 2050°). Pr?s du diamant la plus haute conductibilit? de la chaleur — ? cinq fois plus haut que pr?s de l'argent! L'emballage des atomes du carbone dans lui le plus dense parmi toutes les liaisons connues! Mais le principal, ? la diff?rence de toutes d'autres substances il est transparent dans une large gamme d'onde — de la partie ultraviolette du spectre jusqu'? infrarouge.

almaz_002

almaz_003

almaz_001

Mais l'acheteur paie non pour la fermet? et non pour la densit? de l'emballage des atomes. Il est important pour celui-ci que du diamant r?sultent les pierres ?tincelant d'une belle mani?re transparentes — les diamants. Pour cela une haute capacit? refl?tant du diamant et la dispersion — le jeu de la lumi?re (il y a ? vrai dire, des cristaux et plus dispersif — nous dirons, демантоид et фианит) r?pond. Le diamant non seulement r?fracte tr?s fortement et refl?te les rayons lumineux, mais aussi poss?de encore une tr?s importante propri?t? optique, qui fait cette pierre exceptionnellement beau. La diff?rence des param?tres светопреломления des rayons violets et rouges (la dispersion) pr?s du diamant ? 5 fois plus, que pr?s du cristal de roche, et ? 2 fois exc?de les param?tres des meilleures sortes du verre. Gr?ce ? une haute dispersion pr?s des diamants on exprime fortement la propri?t? de la d?composition de la couleur blanche sur les couleurs de l'arc-en-ciel le faisant. Pour cette raison la m?me pierre semble peint ? de diff?rentes couleurs en fonction de la position de la source lumineuse et l'observateur. Tout cela cr?e le jeu exceptionnel du diamant, qui s'exprime dans la combinaison f?erique de l'?clat des limites avec les ?clats vifs lumineux et les modulations continues de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ? l'int?rieur de la pierre ? sa rotation lente.

almaz_004_1

almaz_005_1

Le diamant la forme non seule de l'existence du carbone propre. Sa variante alternative — le graphite. Malgr? la constitution chimique identique, chez eux les tout ? fait diff?rentes structures et les propri?t?s. Le diamant — le min?ral le plus ferme, mais le graphite — le plus mou. Le diamant — l'isolateur ?lectrique magnifique, mais le graphite — l'?lectroconducteur excellent. Le diamant — le meilleur abrasif, mais le graphite — un bon lubrifiant. Le diamant est transparent, le graphite est absent... Dans quoi la raison d'une telle diff?rence surprenante ? Le graphite est la forme stable du carbone dans les conditions des temp?ratures ordinaires et les pressions. Le diamant na?t aux temp?ratures extr?mes et la pression. De plus, tous les diamants ? la surface de la terre ou ? c?t? d'elle se transforment lentement en graphite. Mais ce proc?s est tellement de longue dur?e que du point de vue de la civilisation humaine on peut ne pas le prendre en consid?ration. Le carbone — un des ?l?ments les plus r?pandus chimiques sur la plan?te. Les diamants dans ses couches profondes il y a aussi beaucoup de. Une autre affaire qu'il les y a pour l'essentiel l?, o? il y a des conditions n?cessaires ? leur apparition, c'est-?-dire au fond de la Terre. Plus pr?s vers la surface les diamants apparaissent gr?ce ? l'activit? volcanique. Les orifices des volcans ?teints se transforment ? кимберлитовые du tube, plusieurs de qui atteignent du diam?tre plus du kilom?tre et полукилометровой les profondeurs. La production des diamants de l? — la t?che complexe demandant l'organisation s?rieuse et le mat?riel. Elle est devenue possible seulement ? l'?poque industrielle. Est diffus?, c'est-?-dire alluvial et эллювиальные les gisements, o? les diamants se trouvent de кимберлитовых трубок gr?ce ? l'?rosion du sol. Dans telles places obtenaient les diamants ? l'anciennet?, continuent ? chercher et maintenant.

almaz_007

almaz_006

Les montants des diamants de bijouterie n'exc?dent pas d'habitude 5–10 carats, et en outre il convient de donner aux pierres aux dizaines et centaines de carats les noms personnels ("Sansi", "Orels", «Dresde Vert», "Kohinor", «un Grand Mogol» etc.).

Lui-m?me le diamant est pas trop attrayant — en effet, les cristaux naturels ont rarement la forme des poly?dres justes. D'habitude leurs limites sont d?velopp?es in?galement, sont fendill?s, par les traits, les excroissances, sont fr?quentes les insertions ?trang?res. C'est pourquoi dans ces cristaux il n'y a pas d'habitude de jeu de la lumi?re, et jusqu'? l'invention du moyen огранки et les polissages les diamants n'avaient pas ce prix, qu'ont acquis par la suite. Leur fermet? frappante ? vrai dire, provoquait l'int?r?t. Marchaient les l?gendes que le diamant m?me a bris? l'enclume du dieu de la mar?chalerie de Gefesta. Des qualit?s extraordinaires du diamant ?crivait encore Pliny l'A?n?, mais il marquait pour l'essentiel son application technique. Si on r?ussissait ? briser le diamant, r?sultait le document pour la cr?ation des outils pr?cieux, avec l'aide de qui on pouvait facilement percer tout n'importe quoi. Mais au Moyen ?ge certains chevaliers le fixaient sur les armures. On Croit que celui-l?, chez qui le plus grand diamant, dans le combat sera aussi solide et invincible.

Les diamants c?l?bres

La popularit? du diamant augmentait ? mesure que se perfectionnaient les moyens et ses formes огранки. Grand, d'une belle mani?re ограненные les pierres ?taient une grande raret?, apr?s eux on conduisait la vraie chasse. Tels diamants passaient d'uns властительных des mains aux autres, devenaient c?l?bre, retrouvaient les noms personnels. Et sur toute la voie ils se r?servaient la queue sanglante. Les histoires prenant, remplies du caract?re dramatique des grands diamants sont lues aujourd'hui comme les romans d'aventures.

Nous commencerons par "Sansi" c?l?bre. Ce diamant amen? de l'Inde et ограненный encore en 1475 par le bijoutier l?gendaire Ljudvigom ван par Berkemom, qui a ouvert le moyen огранки et les polissages des diamants, est consid?r? le plus grand — son poids faisait 139,5 carats! Son premier propri?taire ?tait Charles Smelyj, le duc Bourguignon, r?vant de soumettre toute l'Europe. Il croyait ? la force admirable du diamant et a ordonn? de le fixer au casque. Avait cela et le sens pratique — pendant le combat le rayonnement de la pierre pouvait aveugler au soleil l'adversaire. Il y avait On dit, des cas, quand cela sauvait au duc la vie, mais surmonter les Suisses, l'orage de l'Europe de ce temps-l?, il n'?tait pas favoris? m?me le diamant. Dans la bataille sanglante ? Nancy (1477) Charles Smelyj ?tait tu?.

Le diamant "Sansy"Le diamant "Sansy"

Le diamant "le Schah"Le diamant "le Schah"

Le diamant "Kohinor"Le diamant "Kohinor"

Le combattant suisse qui ont trouv? le diamant sur le champ se couvrant de glace n'avait pas la repr?sentation sur son co?t et a commenc? ? tailler avec l'aide de la pierre les ?tincelles pour allumer le tube. Le commandant, ayant vu la bagatelle curieuse, l'a enlev? au soldat. Mais il et ne comprenait pas que pour la valeur s'est trouv?e ? lui dans les mains, et a c?d? la pierre au pr?tre... Pour un florin! Le pr?tre l'a vendu ensuite au marchand espagnol, mais celui-l?, d?j? pour le juste prix, — le roi portugais Al'fonso. Bient?t, en ayant besoin de l'argent, le roi avec le profit a revendu le diamant ? la famille plus riche fran?aise Sansi la, ? quelle honneur la pierre et ?tait appel?e.

En 1588 le diamant n'ont pas enlev? ? peine. Le fait est que le propri?taire de la pierre, le marquis Nikolas де Sansi, ?tait le partisan de Henri III, le dernier roi de la France de la dynastie de Valua. Les affaires chez Henri allaient bien : dans le pays faisait rage la guerre entre les catholiques et les protestants, les alli?s s?rs n'?taient pas, mais il ?tait d?j? inutile de trouver les ennemis. La derni?re ressource ?tait sur les mercenaires suisses, et prendre l? la troupe Henri a envoy? le marquis де ? Sansi. Pour rembourser les d?penses sur les mercenaires, celui-l? devait mettre le diamant. Mais le serviteur fid?le transportant la pierre aux pr?teurs, s'est trouv? par le chemin ? l'embuscade. Ayant vu les voleurs, lui, comme ?tait условлено, a eu le temps d'avaler le diamant. Apr?s de longues recherches du marquises a trouv? sa tombe et a d?terr? le corps. Au total l'emprunt ?tait re?u.

Comme ensuite le marquis a rachet? la pierre, on peut seulement conjecturer. Mais finalement il a vendu ? sa reine anglaise Elizavete, apr?s quoi les traces du diamant se perdent provisoirement. Seulement la pierre a ?merg? sur les couronnements de Louis XVI en 1774, mais comme il s'est trouv? de nouveau dans la France, est couvert de l'obscurit?. Logiquement supposer que l'ont vendu pour l'enrichissement du tr?sor pendant la guerre civile en Angleterre ? XVII si?cle. Uns historiens lient ce march? au cardinal fran?ais Mazarini, les autres — avec le roi anglais Iakov I.

Brillant souvent toujours dans le centreBrillant souvent toujours dans le centre

Diamond Pave-fleurDiamond Pave-fleur

Второй раз «Санси» a disparu de l'aspect pendant une Grande r?volution Fran?aise et a ?merg? seulement en 1830 chez la duchesse du Marion Burgin'on Berrijsky. Elle s'amusait par les r?ves ?riger sur le tr?ne fran?ais du fils Henri, mais le demi-million des francs pay?s par le millionnaire russe de P. de Demidovym, ne lui ont pas aid? ? tourner cette affaire. Demids ?taient pr?sent?s par le cadeau ? la fianc?e Avrore Shernval' et... A gagn? des probl?mes avec la justice fran?aise qui ont accus? il de l'acquisition de la propri?t? de l'?tat vol?e. On dit, «отмазка» a sirot? encore sur 150 mille. Bient?t le millionnaire est mort, mais sa veuve faisait parade encore longtemps avec la pierre luxueuse. Mais apr?s sa mort la trace de "Sansi" s'est perdue de nouveau. Qui poss?de maintenant ? O? et quand la pierre ?mergera de nouveau ?

Le destin du diamant "Kohinor" est pas moins int?ressant. Il Croit qu'il ?tait trouv? environ 5000 ans en arri?re en Inde, dans les mines c?l?bres de Golkondy. Si c'est vrai, la pierre est mentionn?e encore dans la po?sie ?pique "Mahabharata" indienne ancienne. On sait authentiquement qu'au Moyen ?ge le diamant appartenait aux rajahs de la dynastie la Mauve. Existait m?me la croyance : si la pierre tombe du turban du rajah, p?se son peuple se transformera en esclaves. Et une fois il s'est r?alis? : l'?tat la Mauve ?tait soumis par le sultan Est vermeille-enfer-dynes et s'est appropri? le diamant l?gendaire. ? vrai dire, ensuite les rajahs r?ussissent ? le rendre.

En 1526 l'Inde a envahi le sultan Babur, le fondateur de la puissance Grand Mogolov. Le rajah Bikeramit de la dynastie la Mauve n'a pas pu lui r?sister et a p?ri dans la bataille. Sa famille tentait de prendre la fuite, mais ?tait rattrap?e par le fils Babura Humajunom. La veuve du rajah a implor? de la m?nager et les enfants, mais pour cela a rendu Humajunu tous les bijoux. Ainsi "Kohinor" avait ? de Grands Mogolam. Le fils Humajuna, le Schah-dzhahan, a ins?r? le diamant ? luxueux «le tr?ne De paon», fait d'unes pierres pr?cieuses (sur lui vous lirez encore dans ce livre).

almaz_015

almaz_016

almaz_017

Mais tout casse, tout passe, tout lasse. Aux descendants le Schah-dzhahana la puissance Grand Mogolov est tomb?e en d?cadence. En 1739 elle est tomb?e sous l'impulsion du r?gent persan du Nadir-schah. Aux conqu?rants ont re?u tous les tr?sors, y compris «le tr?ne De paon». Cependant il ne se trouva pas le diamant c?l?bre l?. Il a disparu! Bient?t «la reconnaissance a rapport?» que la pierre se trouve chez le Mohammed-schah d?truit : il a cach? le diamant dans le turban, qui porte sans retirer. Comment ?tre ? Le Nadir-schah a all?ch? le Mohammed-schah sur les n?gociations et a propos? d'?changer par une vieille bonne coutume les turbans. Celui-l? devait accepter. Plus tard ? покоях, ayant d?fait les mains tremblant le turban et ayant laiss? tomber la pierre sur le plancher, le Nadir-schah s'est exclam? : «Kohinor!» De mani?re persan c'est signifi? par «la montagne de la lumi?re».

Mais la pierre n'a pas apport? ? un nouveau propri?taire le bonheur : le Nadir-schah ?tait tu? par les Kurdes insurgeant, mais ses fils se sont battus pour le pouvoir. Un d'eux, Roh, a occup? le tr?ne, mais ?tait renvers? bient?t. Il a eu le temps de cacher la pierre et m?me sous les tortures n'a pas donn? le secret. Les ennemis furieux ont aveugl? Roha, et ensuite ont livr?, ayant compt? que lui-m?me les am?nera ? la pierre. Mais le compte ne s'est pas justifi?... Devant la mort de Roh a rendu le diamant ? un Afghan sans famille, et ? ce "Kohinor" a apport? la chance. Ahmad Abdali sous le nom est consid?r? comme le fondateur de l'Afghanistan moderne.

D'ailleurs, la pierre a commenc? ? apporter aux descendants d'Ahmad aussi les malheurs. Son petit-fils Zaman ?tait est d?tr?n?s par le fr?re personnel nomm? la Shou?a-chez-Mulk, et a cach? le diamant dans le mur de la chambre. Le fr?re пытал Zamana, l'a aveugl? et a obtenu au total le diamant. Mais bient?t il сверг ?tait aveugl? par le troisi?me fr?re, et maintenant d?j? la Shou?a-chez-Mulk cachait "Kohinor". Cette fois le prisonnier avait de la chance plus : il est sorti de la prison et courait de l'Afghanistan ? l'Inde. H?bergeant le fugitif махараджа Pendzhaba Randzhit Singh a oblig? ? lui vendre le diamant, en effet, l'ayant pay? bien. Peut-?tre, c'est pourquoi personne ne l'a aveugl? et n'a pas tu? : Сингх est mort de mort naturelle. Lui jusqu'ici se rappellent ? Pendzhabe comme le r?gent noble et juste, mais ses portraits pendent dans plusieurs maisons. Mais puis Pendzhab les Anglais ont gagn?, et la pierre s'est trouv?e dans les mains de la reine de Victoria. Elle a rendu ? son bijoutier de cour, qui de nouveau огранил la pierre selon la mode de ce temps-l?. ? la suite de "Kohinor" a perdu l'aspect historique et "s'est r?tr?ci en s?chant" de 186 ? 106 carats, mais son ?clat ne s'est presque pas am?lior?.

almaz_020

almaz_019

almaz_018




Quelques diamants c?l?bres se trouvent maintenant en Russie. La c?l?brit? triste ?tait acquise par "le Schah" (88,7 carats), trouvant au fonds De diamant. ? la diff?rence des pierres plusieurs autres sa forme restait presque dans l'aspect originel — огранщики seulement ont poli un peu la pierre. Le diamant jaun?tre allong? ?tait trouv? le montant avec l'auriculaire en Inde ? XVI si?cle dans les m?mes mines de Golkondy que "Kohinor". Le sultan Ahmadnagara Burhan Deuxi?me trouvait cette pierre перстом Allah et a command? de tailler sur lui le nom. Par deux autres propri?taires, souhaitant immortaliser sur la pierre les noms, le Schah-dzhahan familiers ? nous et le Nadir-schah sont devenus d?j?... Pour notre pays "le Schah" — le symbole de la trag?die : il ?tait re?u en compensation pour le meurtre de l'ambassadeur de la Russie en Perse d'A.S.Griboedov, d'ailleurs, beaucoup plus connu non sur diplomatique, mais sur une autre carri?re. L'auteur de la com?die immortelle «le Chagrin de l'esprit» pouvait encore apporter un si important d?p?t dans notre litt?rature que par comparaison avec cela n'importe quel diamant perd la valeur!

L'histoire moins sombre pr?s du diamant "d'Orels", que l'on peut voir aussi dans le fonds De diamant. C'est unique selon la propret? le cristal par le poids de 189,6 carats. Il est suppos? que lui, comme plusieurs autres, Mogolov et le tr?sor persan, avant de se trouver en Russie a pass? dans la tr?sorerie Grand. Par Quelque voie il s'est trouv? dans les mains du marchand arm?nien Grigory Safrasa vendant sur la Caspienne. Сафрас dans le neveu Ivan Lazareva a vendu la pierre ? Catherine II, qui puis... L'a offert : le diamant ?tait pr?sent? ? l'imp?ratrice sur les f?tes par son favori, le comte Orlovym. Puisque except? quelques personnes inform?es tous trouvaient que d'Orels eux-m?mes a acquis cette pierre, le diamant ?tait appel? ? son honneur.

Mais voici apr?s le diamant "le R?gent" dure la queue sanglante. L'esclave-hindou dans les mines de Golkondy l'a trouv? en 1701. Pesait la pierre de 410 carats, et l'hindou a d?cid? de retrouver avec son aide la libert?. Pour cela il a coup? ? lui-m?me par le pic le pied et a cach? la pierre, ayant couvert de son bandeau. Plus loin il fallait trouver l'adjoint. Le capitaine du navire anglais qui ont cach? l'esclave courant dans la cale est devenu. Mais apr?s la sortie ? la haute mer l'avidit? a pris le dessus de la fid?lit? au mot : le capitaine a tu? l'hindou et a pris la pierre. Il a vendu la production au marchand Dzhamhundu, mais celui-l? pour 20 mille livres sterlings (la somme immense par ces temps!) — le commandant de la forteresse Sent-George Pittu, ? propos, gagnant sa vie auparavant par la piraterie. L'argent n'a pas profit? au capitaine : il a d?pens? ? загуле l'?tat et a r?gl? les comptes avec la vie, s'?tant pendu sur la vergue, ce n'est pas exclu que dans cela l'ont aid?.

Par contre Pitt внакладе ne resta pas. ?tant revenu ? l'Angleterre, il a rendu la pierre ? огранку. Elle durait deux ans, mais le diamant r?sult? ?tait vendu au r?gent de la France au duc Philipppe Orleanskomu pour 135 mille livres sterlings! Depuis ce temps-l? cette pierre ont commenc? ? appeler comme "le R?gent". L'?poque de Philipppe Orleanskogo est devenue l'?panouissement fran?ais "du si?cle galant», le beau monde se reposait apr?s les derni?res ann?es tendues le conseil d'administration du Roi-soleil Louis XIV absorb? dans ces ann?es par les guerres et qui sont arriv? presque ? l'asc?tisme d?vot (selon les mesures de la cour fran?aise, certainement). L'?lite r?parait maintenant oubli?, en d?pensant l'argent pour les distractions et les b?tes curieuses. L'exemple ?tait donn? par le r?gent lui-m?me, en lan?ant sans scrupule la main au tr?sor royal...

Le diamant "d'Orlov"Le diamant "d'Orlov"

Le diamant "Kullinan"Le diamant "Kullinan"

Plus tard, ? l'?poque de la Grande r?volution Fran?aise, "le R?gent" ?tait vendu ? l'?tranger. Il est revenu ? la France seulement gr?ce ? Napol?on Bonoparte. L'empereur croyait ? la force miraculeuse de ce diamant que ne lui a pas emp?ch? bien des fois de mettre la pierre. Aujourd'hui "le R?gent" on peut voir au Louvre.

Les diamants avec une moins longue histoire ne peuvent pas encore se vanter "des biographies" prenant. Eux on savent seulement gr?ce aux montants. Le plus grand d'eux est trouv? en 1905 en Afrique australe le diamant "Kullinan" (3106 carats!). Apr?s le traitement de lui a r?sult? deux diamants immenses (530 et 317 carats), allant sur l'ornement de la couronne anglaise, et sept moyennes pierres.

Les nombreux visages de De Beers

Existe l'opinion que le diamant — la pierre la plus rare de bijouterie, et celui-l? lui par un tel chemin. Il l'y avait On peut croire, comme tous d'autres mythes sur cette pierre, non comme ?a. En fait le diamant pas du tout telle raret?. De plus, de toutes les ch?res pierres de bijouterie notamment le diamant — le plus r?pandu. Pourquoi il ainsi se trouve cher ? Paternel prend la place sp?ciale unique parmi les pierres pr?cieuses ?

La r?ponse est simple : ? la diff?rence des diamants le co?t de toutes les autres pierres est d?fini par le march?! Il n'y a pas de telle compagnie, qui contr?lerait les segments consid?rables du march? des pierres color?es. Le diamant — la seule pierre pr?cieuse, quelle production et l'entr?e sur le march? mondial est contr?l? durement par le monopolisateur transcontinental. C'est la compagnie «De Birs». Notamment elle soutient les prix ?lev?s selon les diamants et stimule sur eux la demande par la publicit? bien examin?e et agressive.

Le fondateur de la compagnie ?tait Sesil' John Rods, le businessman c?l?bre anglais et le colonisateur. La sph?re de ses int?r?ts ?tait l'Afrique australe. Des diamants de Rods s'est occup? encore en 1871, quand ? lui ?tait seulement dix-huit ans. Notamment sur les diamants il a clou? le capital initial. Plus loin Rods est arriv? ? la conclusion qu'il sera utile de reunir le business ? lui avec la politique. La fonction du premier-ministre de la colonie Kapsky est devenue le sommet de sa carri?re. Les plans de Rodsa ?taient vastes : il r?vait de l'empire personnel colonial s'?tendant de Cape Town ? Le Caire! Plusieurs lui r?ussit — par exemple, la conqu?te des territoires immenses appel?s ? son honneur de Rodeziej. Maintenant s'est install? l? deux ?tats — la Zambie et le Zimbabwe. Pour l'acquisition des buts de Rods ?tait pr?t sur tout — jusqu'aux op?rations ill?gales militaires. L'?chec d'un d'eux, contre Transvaalja, a amen? ? ce qu'en 1896 Rods a perdu le poste du premier-ministre. Mais il n'a pas refus? les plans napol?oniens. La guerre anglo-de Boers qui ont fini ses ennemis jur?s — Transvaalem et la r?publique Orange est devenue le dernier triomphe de Rodsa.

almaz_022

La rose de diamantLa rose de diamant

almaz_023

Au savoir-faire de la bureaucratie anglaise de Rods ne croyait pas. En cr?ant l'empire personnel, il comptait en premier lieu sur les forces, mais on demandait pour cela beaucoup d'argent. Par la base financi?re de Rodsa de l'acier du gisement des diamants en Afrique australe. En 1880 Rods et son partenaire Radd ont achet? les terrains des fr?res de Johannesa et Diderika де Birsov, en s'attendant ? trouver l? les riches gisements des diamants. Le d?but «De Beers Mining Company Ltd» si ?tait d?. L'argent pour l'?largissement du business de Rodsu ne suffisait pas, et il s'est adress? apr?s l'aide ? Rotshil'dam. Sur leur argent la soci?t? a acquis les mines principales de l'Afrique australe donnant alors presque 90 pour-cent de la production mondiale des diamants. Ceux-l? добытчики, qui la compagnie n'a pas pu empaumer, ont conclu avec Rodsom l'accord et se sont unis avec lui au syndicat De Londres de diamant.

"De Birs" a affermi encore plus les positions ? l'?poque d'Ernest Oppengejmera. Le Parent ?loign? de la dynastie c?l?bre des banquiers-protestants, lui a commenc? le commerce des diamants en 1902 et connaissait tr?s bien ses r?alit?s. Simultan?ment il s'occupait encore et l'or, une autre richesse de l'Afrique australe. Le businessman adroit a eu le temps подсуетиться en 1919, quand l'Allemagne qui a essuy? la d?faite dans la Premi?re guerre mondiale a perdu les colonies en Afrique. Les mines allemandes de diamant ?taient achet?es ? temps par Oppengejmerom qui a cr?? la compagnie — «Consolidated Diamond Mines». Faire cela a pu gr?ce ? l'argent des banquiers am?ricains, y compris John Morgana Jr.

Cependant apr?s la mort de Rodsa la compagnie «De Birs» tombait en d?cadence peu ? peu. S'ouvraient toutes les nouvelles et nouvelles mines de diamant, apparaissaient les nouvelles soci?t?s non li?es au syndicat De Londres, grandissait la comp?tition. La diminution rude commenc?e en 1921 des prix des diamants est devenue le bilan r?gulier. Par les premiers ont p?ri menu зверьки — les entreprises commerciales et de taillerie. Le g?ant de "De Birs" se tenait sur плаву, mais la panique totale dans le business de diamant a amen? ? l'effondrement du co?t de ses actions. De cela s'est servi Oppengejmer. Gr?ce ? un bon b?n?fice sur la production de l'or et en utilisant l'argent emprunt? des Am?ricains, il a achet? ? bon march? le paquet d'actions pond?rable de la compagnie, en 1926 est entr? dans la gestion de "De Birsa", mais plus tard a acquis le bloc de contr?le.

Sa principale id?e ?tait le temps mort : pour que le business de diamant ne s'?croule pas sous l'impulsion des mati?res premi?res bon march?, la vente des diamants doit ?tre mise sous le contr?le. Il s'est mis ? cette affaire de l'envergure, ayant cr?? pour le contr?le sur la distribution des pierres «Central Seling Organization» (CSO). Une nouvelle strat?gie ?tait formul?e ainsi : «en limitant Seulement conform?ment ? la demande la quantit? des diamants jet?s sur le march?, et en les vendant dans un canal, on peut atteindre la stabilit? de l'industrie de diamant». Ernest Oppengejmeru r?ussit ? persuader tout ne pas encore ruin? «les rois de diamant» r?aliser la marchandise dans «De Birs». Il les persuadait :« En jouant avec notre ?quipe selon nos r?gles, vous r?aliserez le b?n?fice garanti; en refusant un tel jeu, vous risquez de ne pas recevoir de rien ». Continuant ? faire rage dans l'industrie de diamant la crise ?tait la meilleure preuve de son bon droit. Il lui ?tait plus lourd de faire entendre raison au gouvernement poss?dant quelques mines de diamant de l'Afrique australe qui a re?u l'autonomie de l'empire Britannique avec eux on r?ussit ? se mettre d'accord seulement apr?s la Deuxi?me Guerre mondiale.

almaz_024

almaz_025

almaz_026

?tant devenu le monopolisateur, Oppengejmer a ?tabli les quotas de la production des diamants et leurs livraisons des r?serves. Le nombre des participants corporatifs du march? de diamant sous contr?le "De Birsu", a fait les dizaines de mille. Le r?le immense dans le d?veloppement de la compagnie ?tait jou? par Harry Oppengejmer se trouvant chez son volant pendant les 27 ann?es — d?s 1957. Aujourd'hui la compagnie familiale «E. Oppenheimer et Sons» le petit-fils d'Ernest — Nikolas Oppengejmer pr?side. Un important r?le ? "De Beers" est jou? aussi par son directeur dirigeant Geri Rejf.Vers le milieu de 2000 de "De Birs" contr?lait pr?s de 65 pour-cent du march? des diamants crus, mais aux p?riodes s?par?es la part de la compagnie se levait jusqu'? 85 et m?me 90 pour-cent. Le march? des diamants de bijouterie est contr?l? par celle-ci sur 80 pour-cent. La grande partie des mati?res premi?res «De Birs» re?oit de l'Afrique. Du commerce des diamants s'occupe la subdivision «Diamond Trading Company» (DTC). Ces derni?res ann?es le volume des ventes h?site de 5 ? 6 milliards de dollars.La source de la puissance et la richesse de "De Beers" — la gestion de virtuose par le march? aux frais de l'achat et le stockage des diamants dans les ann?es de la surproduction et eux дозированного du rejet sur le march? dans les ann?es favorables. Un principal stock «De Birsa» ? Londres — le b?timent ? quelques ?tages, jusqu'au bord bourr? des diamants tri?s, qui attendent patientement, quand enfin les mettront en vente. Ces stocks s'amassaient par les d?cennies, l'information sur leur co?t r?el est pas trop accessible, mais on peut supposer qu'elle atteint 5 milliards de dollars.Le principe essentiel de la politique commerciale de la compagnie — «des diamants doit ?tre toujours un peu moins qu'il faut». En effet pour que les prix des diamants grandissent constamment, leur proposition sur le march? doit ?tre toujours un peu moins de demande. Une telle m?thode permettait de ne pas admettre par les d?cennies les chutes des prix non seulement dans l'expression absolue, mais m?me en tenant compte de l'inflation du dollar (qu'est atypique pour la marchandise de march?). La politique de "De Birsa" a transform? le diamant en un des objets les plus s?rs des investissements ? long terme. Si n'ouvrent pas seulement et, le principal, ne commenceront pas l'?laboration des nouveaux gisements...

almaz_028

almaz_027

almaz_029

Le r?le sp?cial est jou? toujours par l'organisation Centrale de distribution. Si la demande s'arr?te, mais la proposition grandit, notamment elle r?gle le march?. Le m?canisme le temps mort : "De Birs" ach?te aux producteurs tous les surplus, le march? mondial des diamants ne commencera pas ? recevoir les mati?res premi?res moins que peuvent "avaler" les entreprises de taillerie. Ces surplus se r?aliseront ensuite, quand arrivera «la famine facile de diamant», graduellement pour ne pas effrayer le march?.

"De Birs" dirige habilement la campagne ? long terme publicitaire pass?e dans le monde entier, en d?pensant sur cela pr?s de 300 millions de dollars par an (dans le futur ces frais se planifie d'augmenter). Le slogan le plus effectif publicitaire a invent? encore Harry Oppengejmer : «A Diamond is Forever» («le Diamant est ?ternel»). Mais "De Birs" ne s'est pas habitu? ? se reposer sur les lauriers les monast?res. La compagnie a rencontr? un nouveau mill?naire par la campagne publicitaire sous le slogan : «Montre me l'amour sur mille suivant ann?es...»

Probablement, la plus grande acquisition de "De Birsa" — l'?ducation de l'acheteur. C'est le travail orient? sur ?loign? (selon les mesures du business, certainement) le futur. Mais puisqu'elle a commenc? il y a longtemps, d?j? aujourd'hui porte les fruits. Il est incompr?hensible, comme cela r?ussit, mais le fait reste au fait : dans le XX si?cle aux ?tats-Unis s'est form?e la tradition rigide culturelle — offrir le diamant ? la fianc?e. La proposition de la main et le coeur est accompagn?e absolument par ce rite, mais l'acceptation du cadeau signifie l'accord. Si tu n'as pas pu offrir le diamant ? la fianc?e, donc toi l'homme non vrai. La pierre doit ?tre absolument le poids quand m?me ? une carat, et en outre sous cette affaire dans les ?tats prendre facilement le cr?dit.

En g?n?ral, l? toute la vie — ? cr?dit. Si tu n'as pas d'argent (mais dans le cadre de ce syst?me tu jamais n'auras pas ? bras d'argent, mais il y aura seulement des moyens pour le remboursement du cr?dit), tu peux conduire en tout cas le mode de vie, qui "est mis" ? une moyenne classe. ? vrai dire, ? titre du paiement il te faut consacrer la vie au paiement des cr?dits pour la maison, l'appartement, la voiture, la formation des enfants etc Seulement vers la vieillesse la personne se lib?re de l'esclavage de cr?dit. Maintenant il peut, enfin, mener joyeuse vie, devient le touriste acharn? et d?roule dans le monde entier. Mais jusqu'? la pension tous sont occup?s exceptionnellement par les soins de la carri?re pour que paie de quoi les pour-cent aux banques.

almaz_031

almaz_030

almaz_032

Puisque le prix du diamant d?pend non seulement du poids, mais aussi d'autres facteurs, cette coutume s'est enracin?e m?me dans les couches inf?rieures de la moyenne classe am?ricaine. Autant il est important pour le march? mondial des diamants, montre la barri?re psychologique de prix — les pierres par le poids ? une carat se trouvent sur 20–30 pour-cent plus cher, que les pierres par le poids ? 0,99 carats. En effet, ceux-l? ne s'approchent pas aux fianc?es lisibles am?ricaines...

Ayant joui du succ?s de la propagande dans les ?tats-Unis, "De Birs" utilise maintenant les m?mes m?thodes dans d'autres pays. M?me ? традиционалистской du Japon maintenant est devenu ? la mode offrir le diamant ? la fianc?e, et cette coutume d?j? s'est r?pandue largement. Les Chinois solvables suivent l'exemple des Japonais, mais la Chine s'enrichit de jour en jour. Pr?sentez, quelles perspectives ouvre cela devant le monopolisateur mondial ?!

C'est devenu la chance immense pour les marchands par les diamants que le culte du diamant a p?n?tr? dans la culture de masse am?ricaine, qui retransmet maintenant les valeurs dans le monde entier. Certes, un tel bonheur a pouss? "De Birsu" non par hasard, mais est devenu le r?sultat du travail orient?. Si vous dans le film am?ricain voyez sur l'h?ro?ne l'ornement avec les diamants, et surtout si l'offrent, connaissez : dans le budget du film il y a un argent mis par "De Birsom". Mais vraiment si les diamants sur l'?cran et scintillent, le metteur en sc?ne avec le producteur, probablement, ont surgi tr?s bien pour les cadres des d?penses stipul?es sur les prises du film et ont couvert l'exc?s pour le compte «De Birsa» (lui, il est clair, ?tait non contre). Voici et il y a des l?gendes sur le diamant. Nous les lisons dans les revues lustr?es, o? les histoires sur les pierres prestigieuses voisinent avec les potins sur pop- et les vedettes, les top mod?les, les r?gimes et les pronostics astrologiques. Sur la fronti?re du mill?naire de "De Birs" a organis? ? Londres la montre des diamants uniques, parmi lesquelles il y avait un quatri?me diamant par la valeur «l'?toile du mill?naire» (203 carats), acquis par la compagnie au Za?re dans les ann?es 90. Cette montre a d?bord? dans le show grandiose, le nombre des visiteurs de qui a atteint 12 millions personne!

Il est amusant qu'aux ?tats-Unis, o? ach?tent le plus possible les diamants et le plus activement en font la propagande, l'activit? de "De Birsa" est interdite : lui монополизм viole les lois am?ricaines antitrust. Mais les marchands subtils par les diamants contournent facilement ces interdictions dans les maisons d'int?rim.

almaz_033

almaz_034

almaz_035

L'originalit? de la strat?gie publicitaire de "De Beers" dans ce qu'est faite de la publicit? en r?alit? le produit ?tranger. En effet, auparavant la compagnie vendait seulement неограненные les diamants, qui transformaient en diamants d?j? d'autres soci?t?s. Le profit de "De Beers" ?tait dans ce que la croissance de la demande des diamants amenait ? la croissance de la demande des diamants. Mais de plus la partie consid?rable des profits s'affaissait sur les ?tapes interm?diaires. Maintenant la compagnie change la strat?gie : elle a commenc? ? s'occuper огранкой et la vente des diamants, quoi autrefois ne faisait pas. La marque commerciale des diamants de "De Beers" — DTC. Le d?but a pass? avec succ?s : en 2000 le revenu a fait d?j? 877 millions de dollars. La compagnie facettera la moiti? des stocks en mati?res premi?res (c'est-?-dire sur 2,5 milliards de dollars) et avec la marque de firme De Beers sur рундисте (?troit поясок, d?finissant la forme du diamant) exp?dier en vente. Le fait est que le commerce des diamants a un beaucoup plus haut taux de profit, que le commerce des mati?res premi?res : Le volume annuel du march? universel des diamants dans les bijoux fait d?j? non huit, mais pr?s de 50 milliards de dollars.

Encore une dignit? de "De Beers" consiste en ce que ses mati?res premi?res sont toujours soigneusement tri?es. De diff?rents gisements donnent les mati?res premi?res de diamant de la diff?rente qualit?, mais il a les gradations beaucoup de. "De Beers" trie les mati?res premi?res selon 5000 positions! Mais pour les bijoutiers, particuli?rement s'ils cr?ent les ornements complexes avec une grande quantit? de pierres, on demande les diamants du montant identique et la nuance. C'est pourquoi, en ayant affaire ? cette compagnie, vous pouvez ?tre assur?s toujours : vous vendront notamment ce que vous demandez (la nuance, la qualit?, le montant), sinon que chez eux est sur le stock. C'est encore un argument s?rieux avoir affaire notamment ? "De Beers".

Par rapport aux diamants de la diff?rente qualit? la compagnie passe une diff?rente politique de prix. Les prix des pierres de qualit? inf?rieure se retiennent ? la place et m?me baissent. Les prix des diamants de haute qualit? — un grand montant, une haute propret?, sans nuances consid?rables et les insertions, — au contraire, grandissent particuli?rement vite. Il faut prendre en consid?ration cela ? l'achat.

? propos, ? propos des diamants bon march?. Aux expositions min?ralogiques et de bijouterie on peut souvent observer le tableau amusant. Pr?s d'un des pavillons soudain s'aligne le tour (plus rapidement, qu'autrefois apr?s le saucisson en URSS). ? cause de quoi la cohue ? Le secret est simple : vendent l? les anneaux avec de diamant обсыпкой au prix "sp?cial". Ceux qui b?qu?te sur l'amorce, ne comprennent pas que ces anneaux doivent co?ter moins cher encore. En effet, les diamants ? eux se font du document non conforme, et tiennent ferme n?gligemment. L'argent est ?conomis? sur tout, et assez bient?t "riche" обсыпка commencera ? s'?bouler...

almaz_036

almaz_038

almaz_037

D'ailleurs, "le De Birs" lui-m?me ne veut pas avoir affaire au premier venu. La chance immense pour n'importe quel participant du business de taillerie devenir сайтхолдером "De Birsa" — appellent ainsi ceux qu'admettent sur passant 10 une fois par an les affichages des pierres expos?es ? la vente et lequel peut les acqu?rir. Plus t?t сайтхолдеров ?tait 120, r?cemment la compagnie a r?duit leur nombre jusqu'? 90. Autre sont oblig?s d'acheter les mati?res premi?res non directement, mais chez сайтхолдеров, d?j? avec la surtaxe. En Russie est aussi сайтхолдер — l'usine de Smolensk "Cristal" recevant de "De Birs" ? 10 pour-cent des mati?res premi?res de diamant. Par le crit?re, selon qui il y a une s?lection сайтхолдеров, la conformit? de leurs projets commerciaux de la strat?gie du d?veloppement de la compagnie sert. Il est amusant que la derni?re r?duction сайтхолдеров, pass? selon ce crit?re, se couvrait des demandes hypocrites sur «le d?part du pass? монополизма».

? la disposition "De Birsa" ont des autres outils de l'influence sur le march?. Sur quoi on emp?che le monde moderne occidental ? Sur l'?cologie et les droits de la personne. Est-ce que les marchands adroits ne se serviront pas de cela ? ? la psychose ?cologique l'application s'est trouv?e facilement. "De Birs" est intimement int?ress? par la restriction de la production des diamants et c'est pour cela que t?che de ne pas admettre les ?laborations des nouveaux gisements. L'?cologie — l'argument tr?s confortable, quand il faut retenir le d?veloppement de la production dans quelque r?gion. Par exemple, par ce moyen "De Birsu" on r?ussit ? limiter la production des diamants au Canada.

La compagnie s'est servie avec succ?s de la situation politique dans le monde. En octobre 1999 de l'ONU a appel? tous les pays ? cesser l'achat des diamants ? l'Angola (pr?s du mouvement d'insurrection Unicelui-ci), Congo d?mocratique et la Guin?e. Ayant soutenu ces initiatives, "De Birs" s'est octroy? maintenant du droit le plus d?finir le cercle «отверженных». Son nouveau principe — les diamants doivent ?tre propres, il n'y avoir pas ?tre «diamants sanglants». Sous un tel pr?texte la compagnie a re?u le moyen suppl?mentaire pour l'?loignement du march? des fournisseurs incontr?lables des diamants.

L'histoire de la coop?ration de "De Birsa" avec la Russie l'ancienne. ?tait beaucoup dans elle les rapprochements, et les refroidissements. Maintenant toute notre exportation des diamants va dans "De Birs". On laisse ? la Russie le droit ind?pendamment de vendre 5 pour-cent de la production, de soi-disants segments de contr?le. Le but de ces ventes — r?v?ler le prix v?ritable des diamants pour que marchande ensuite ? quelle base avec "De Birsom". Mais dans la direction de cette compagnie sont assis pas du tout non les godiches. Ils ?taient au courant que les prix finaux des ventes aux ench?res, o? vendent les segments de contr?le, sont d?finis non aux prix des ventes, mais ? de moyens prix des propositions. En se servant de ce syst?me ?trange des estimations, "De Birs" envoyait sur les ventes aux ench?res des hommes de paille, qui proposaient intentionnellement pour les pierres les sommes trop basses.

almaz_039

almaz_040

almaz_041

D'ailleurs, le c?t? russe aussi non sans p?ch?. "De Birs" avait la multitude de pr?textes de nous accuser de la vente des diamants en tournant les accords d?tenus. L'?pisode le plus connu et scandaleux — l'affaire de la compagnie Golden ADA et son propri?taire Andre? Kozlenka. Dans ce cas la tentative de "la gauche" exportation des diamants a amen? simplement ? leur pillage dans les montants gigantesques. Mais, probablement, cela et vers le meilleur. Si le chevreau ?tait plus honn?te et a fray? en effet ? nous le chemin en d?tour "De Birs", nous pourrions beaucoup perdre, ayant d?truit le march? mondial de diamant par les manoeuvres de l'a-la l'?l?phant dans la boutique de vaisselle.

En fait, du point de vue strat?gique au business de diamant en Russie la coop?ration avec "De Birsom" seulement sur la main. Gr?ce ? cette compagnie se tient constamment le prix ?lev? selon les diamants, avantageux pour notre pays, en effet, le quart des diamants de la qualit? de bijouterie obtiennent chez nous. Si le monopole «De Birs» s'?croule, la Russie perdra seulement. Mais si cela signifie qu'il nous faut prier sur "De Birs" ? Certainement, non. Nous devons apprendre ? d?fendre les int?r?ts. Les critiques de "De Birs" sont absolument droits : la compagnie ach?te en Russie les mati?res premi?res selon les prix g?ch?s — environ sur 10–15 pour-cent en comparaison de la vente ouverte. Il n'y a pas cette compagnie, les prix ?taient encore plus bas. Mais elle est, et avec elle il faut savoir b?tir les relations de mani?re que "De Birs" prenne ? lui-m?me la marge moins, mais nous payait plus. Il faut parfois pr?senter Pour cela que nous et avec les moustaches : ? ce qu'on dit, non ainsi vraiment vous nous ?tes n?cessairs. En fait "De Birs", certes, est n?cessaire au business de diamant comme l'air. Il forme le march?, sur lequel notre business de diamant «prend le poids», h?las, mais sans cette compagnie tout se serait ?croul?.

Donc, nous ferons les bilans. En investissant l'argent dans les diamants, vous payez le travail titanique, qui conduit "De Birs" pour la r?tention de la position monopolisatrice sur le march? et взвинчивания de la demande des diamants. En principe rien mauvais dans cela est absent. Pour l'argent vous recevez la marchandise, mais le vendeur utilise le surprofit re?u de vous pour ult?rieur вздувания les prix de lui (y compris et ce diamant, qu'avez acquis vous). Une fois vraiment vous ?tes devenus le propri?taire du diamant, ? vous ce sera ?vident avantageusement. Le probl?me dans l'autre : dans, autant stable il y aura une position «De Birsa» dans le futur ? Les difficult?s de la compagnie s'accroissent : les militants avec монополизмом en Europe et les ?tats-Unis pressent, malgr? tous les efforts de "De Birsa" de r?duire la production mondiale des diamants, elle grandit en tout cas, mais avec elle grandissent les stocks de mati?res premi?res. En 2000 on ouvrait le gisement immense au Zimbabwe, maintenant on lui avait ajout? le gisement au Canada, grandissent les stocks appris au Botswana, l'essentiel добытчике des diamants aujourd'hui. La tendance stable de la surproduction des diamants est pr?sente. La compagnie compte que par les nouveaux investissements de vigueur ? la publicit? on peut corriger la situation. Mais s'il y aura voici chez elle sur cela des moyens ? L'Australie s'est cass?e d?j? de l'accord de "De Birsom", et ? son exemple les autres peuvent suivre.

C'est pourquoi, en investissant l'argent dans les diamants, vous, au fond, les mettez dans la s?curit? du m?canisme du contr?le du march? par la compagnie «De Birs». Si ce m?canisme cesse de travailler soudain (comme ?tait d?j? dans l'intervalle entre les ?poques de Rodsa et Oppengejmera), vous risquez de perdre l'argent. Certes, le march? de diamant peut sauver la Chine. La g?n?ration montante des riches Chinois emprunte les standards occidentaux de la vie — les automobiles, les v?tements, les appareils. Si vraiment ils ont commenc? ? utiliser la production laiti?re (qui non dans le cours, les Chinois ne la mangeaient jamais, en trouvant nuisible), les diamants porteront surtout.

Les diamants de la Russie

Ayant compris avec le g?ant ?tranger, nous parlerons de la Russie. Selon la production des diamants notre pays prend la deuxi?me place dans le monde apr?s le Botswana et premier — selon les stocks appris. Aujourd'hui en Russie est obtenu des diamants environ sur 1,5 milliards de dollars par an. Notre d?p?t dans la production mondiale des diamants de la qualit? de bijouterie grandit et a exc?d? d?j? 25 pour-cent. Les chiffres exacts font le secret d'?tat, la dispersion des donn?es de diff?rentes sources s'exprime par le caract?re command? des publications.

Jusqu'? 98 pour-cent de tous les diamants en Russie la compagnie "Алроса" sur les mines d'Yakoutsk obtient. Autre est obtenu pr?s de Perm par "Uralalmazom" et sur Arkhangelsk le gisement par lui. De Lomonosov. En 1997 la part des diamants obtenus par "Alrosoj" faisait 97,6 pour-cent (encore 2,4 pour-cent ?taient sur le compte "Uralalmaza"). Bien que les pierres de diff?rents gisements puissent ?tre de la qualit? identique, dans la conscience massive on avait affirm? le mythe sur les propri?t?s caract?ristiques du diamant d?finies par son origine. Plusieurs chez nous dans le pays trouvent que les meilleurs diamants — d'Yakoutsk. En fait cela non ainsi. Oui, en Iakoutie il y a des bons diamants, mais les pierres du plus haut niveau trouvent l? extr?mement rarement. Et l'essentiel, se rappelez : le prix du diamant et le diamant fabriqu? de lui est d?fini pas du tout par l'origine. ? cause de celui-l? que la pierre d'Yakoutsk ou angolais, il ne doit pas co?ter sur le dollar est plus cher!

En r?alit? "Alrosa" — la compagnie d'?tat. Maintenant elle est pr?sid?e par Sergey Vybornov, mais jusqu'? cela longtemps le pr?sident actuel de l'Iakoutie Viacheslav Shtyrov dirigeait. Госкомимущества de la Russie le Minist?re de la gestion des biens nationaux de l'Iakoutie — 32 pour-cent poss?de 37 pour-cent des actions de la compagnie, 8 pour-cent appartiennent de huit d'Yakoutsk улусам (les formations municipales), 23 pour-cent — par-devers les collaborateurs de la compagnie. Si juger par les pour-cent des actions, la plus grande influence ? "Alrose" est par les autorit?s locales. Cependant au budget de l'Iakoutie de l'argent, probablement, entre pas trop beaucoup. En tout cas, quand il y avait une inondation ? Lenske, les travaux de sauvetage et de rel?vement, ainsi que les paiements par la victime ?taient financ?s du budget f?d?ral, mais local s'est trouv? est vide.

almaz_042

L'anneau de l'or niell? avec les citrines et les diamants de cognacL'anneau de l'or niell? avec les citrines et les diamants de cognac

almaz_043

De la pr?rogative de l'achat des diamants "Alrosy" se sert Gohran de la Russie, quelle principale fonction — accumuler les valeurs de type diff?rent. P?riodiquement pour l'enrichissement du budget quelque chose de ces stocks est vendu. Chaque ann?e le gouvernement du pays prend la d?cision sur la vente des diamants de Gohrana, apr?s quoi Gohran organisera quelques ventes aux ench?res. L'admission sur eux est seulement par les soci?t?s russes. Mais en r?alit? la grande partie des participants des ventes — les repr?sentants des soci?t?s mixtes.

En outre deux-trois fois par mois on passe la vente aux ench?res "d'Alrosy", o? on vend les pierres non achet?es par Gohranom de la Russie, Komdragmetom de l'Iakoutie et "De Birsom". Mais dans l'ann?e "d'Alrosa" en commun avec la chambre De diamant de la Russie la vente aux ench?res internationale, o? se r?alisent 5 pour-cent des diamants laiss?s par "De Birsom" pour les ventes de contr?le arrange deux-trois fois.

Le plus grand producteur des diamants en Russie — l'usine de Smolensk "Cristal". Dans notre branche de diamant travaillent 3000 огранщиков, la moiti? de qui travaille ? Smolensk. En 1999 l'exportation des diamants a fait de la Russie 700 millions de dollars, d'eux sur la part du "Cristal" 300 millions fallut. La part du lion de nos diamants se trouve dans la Belgique (pr?s de 60 pour-cent), mais autre — ? Isra?l, Hongkong, l'Allemagne et la Suisse. Le march? am?ricain s'est ouvert pour la Russie tout ? fait r?cemment.

En moyenne le diamant russe est pas grand — pr?s de 0,2 carats (? la gamme totale de 0,01 ? 1 carat et est plus haut). Plus de 90 pour-cent des mati?res premi?res "le Cristal" acqui?rent ? "Alrosy". Encore sur 25 millions de dollars ach?tent les diamants ? Gohrane, et en outre chaque ann?e. Autre est acquis ? "De Birsa", puisque "le Cristal" — lui сайтхолдер. Contrairement ? l'opinion existant, la rentabilit? огранки des diamants en Russie est tr?s pas grande et fait, d'apr?s les donn?es du Minist?re du d?veloppement ?conomique, seulement 1–2 pour-cent. Le probl?me est que le business de diamant vit encore d'apr?s les lois, les normes et les instructions ?crites au temps sovi?tique, mais certains d'eux ?taient affirm?s encore Beriej! ?tait plus haut dit et sur le mode rigide aux entreprises de la branche, et sur peu raisonnablement les s?v?rit?s de la s?curit?. Il est bon encore qu'ont supprim? «le passage de but» — раздевание les collaborateurs ? nu, le passage ? un autre vestiaire et le v?tement aux v?tements sp?ciaux ouvriers. Mais les locaux ouvriers sont prot?g?s toujours tellement soigneusement qu'y se trouver il est plus difficile, que s'enfuir de la prison. Mais cela, comme s'enregistrait d?j?, entra?ne les frais suppl?mentaires.

Le diamant "Sergey Es?nine". 94,28 carats. Est trouv? 27.07.2000 de la Photo du site de la compagnie "Alrosa"Le diamant "Sergey Es?nine". 94,28 carats. Est trouv? 27.07.2000 de la Photo du site de la compagnie "Alrosa"

Le diamant «Zhores Alferov». 70,20 carats. Est trouv? 21.12.2000 de la Photo du site de la compagnie "Alrosa"Le diamant «Zhores Alferov». 70,20 carats. Est trouv? 21.12.2000 de la Photo du site de la compagnie "Alrosa"

Les instructions d?finissent le travail avec les pierres, comme plaisantent les producteurs, ils d'apr?s la loi «n'ont pas de droit de faire mal». Certes, tout cela se fait dans les int?r?ts du consommateur, mais les frais sont remis au total sur sa bourse. Voici et il s'en suit que nos diamants — les plus cher dans le monde. ? vrai dire, ils ont un plus : ils en effet tr?s qualitatif et s'appr?cient haut ? l'?tranger. La technologie et les standards огранки en Russie sont respect?e tr?s strictement, les pierres coupent impitoyablement. En cons?quence, sont hautes les pertes des mati?res premi?res et la d?pense de la main-d'oeuvre. Si on justifie une telle strat?gie ? Le niveau peu ?lev? de la rentabilit? dit pour lui-m?me. Nous ajouterons encore que la plupart de nos diamants selon le montant n'atteint pas la carat. Dans ce segment nous concurren?ons pour l'essentiel aux hindous.

La distribution ограночного les productions dans le monde est telle maintenant. Les pierres jusqu'? une carat facettent en Inde, d'un avant cinq — en Isra?l, plus de cinq — ? Anvers et New York. Il est clair que notre огранка plus qualitativement, que chez les hindous. Mais ils battent par le prix, mais le prix огранки pour telles pierres menues — le facteur assez important. De rien surprenant qu'encore les gens pr?f?raient r?cemment nos diamants (avec le risque d'?tre mis en prison) transporter facetter ? Isra?l ou l'Inde, pourvu que ne pas faire cela en Russie.

Le producteur russe est surplomb? par la pyramide encore terrible des organismes de contr?le. Гохран, le FSB, le Minist?re des Affaires int?rieures, la police fiscale — tous tentent d'?tablir dans ce business les r?gles et les standards. Chacun veut contr?ler et contr?ler, «tra?ner et non пущать». Il est clair que toute cette activit? orageuse de surveillance se refl?te aussi sur les prix de revient du diamant russe...

Maintenant nous parlerons de la qualit?. D'un tr?s important prix faisant du diamant est надцвет (une faible nuance de l'autre couleur). Mais ne construisez pas les illusions, vous ne r?ussissez pas ? l'estimer pr?s du comptoir, en examinant l'ornement. Sans standard sp?ciaux, sans conditions correspondantes de cela aucun expert ne pourra pas faire. Bien qu'il est utile de conna?tre que les pierres absolument incolore ou avec le poumon bleu clair надцветом s'appr?cient plus haut qu'avec zheltovato-brun?tre. Des derniers est obtenu beaucoup, c'est pourquoi ?tait trouv? la marche remarquable de marketing — les diamants de la couleur du champagne. En exploitant le succ?s, маркетологи ont fait intervenir les diamants de la couleur du cognac. Plus t?t toutes ces pierres brunes allaient sur la fabrication de l'outil technique, mais maintenant tentent de leur refiler aussi au consommateur. L'?tape suivante seront, probablement, les diamants de la couleur du cacao ou la couleur de la banane m?re... Ne se trouve pas aller sur le pr?texte chez les marchands. La d?finition надцвета du diamant est fond?e sur la comparaison de la couleur de la pierre ?tudi?e avec la couleur d'?talon. Il faut prendre en consid?ration de plus qu'en Russie la gradation des couleurs du diamant ne co?ncide pas avec l'arrangement ? l'amiable (vous trouverez le tableau de la conformit? de classifications nos et occidentales ? la fin du livre).

Les diamants color?s

Nous nous arr?terons s?par?ment sur un tel ph?nom?ne unique, comme les diamants color?s. Sur chaque 10 mille diamants ordinaires il faut seulement un color?! Voici cela en effet les plus ch?res pierres dans le monde. Sur la vente aux ench?res ? Londres трехкаратник de la couleur lilas est parti pour 20 millions de dollars! Dans un autre cas pour un tout ? fait petit diamant de la m?me couleur par le poids de toute la demi-carat ont expos? 750 mille.

Le diamant jaune                                                                                  Le diamant jaune

Le diamant bleu clair Vittel'sbahov – un cher diamant le plus jamais vendu sur la vente aux ench?resLe diamant bleu clair Vittel'sbahov – un cher diamant le plus jamais vendu sur la vente aux ench?res

Le diamant vertLe diamant vert

Il faut comprendre qu'aux ventes aux ench?res exposent seulement de petits diamants color?s — jusqu'? 4 carats. La vente des grandes pierres — le secret, ils vont par les canaux sp?ciaux, et les ach?tent seulement ? ceux qui connaissent bien. Tels diamants sont acquis dans les buts d'investissements par les gens, par qui il est ind?sirable de "briller". R?cemment tentaient de vendre ? ouvert un grand diamant jaune. N'a pas r?sult? — personne n'a os? acheter, bien que le prix initial soit acceptable, mais au cours des ventes l'ont diminu? encore ? deux fois.

S'appr?cie le plus haut la couleur rouge, particuli?rement si lui vivement exprim?. Apr?s lui il y a des diamants violets, bleu clair, verts, roses et jaunes. La trouvaille de chaque diamant color?, il est pas obligatoire m?me grand, — l'?v?nement exclusif. Il l'y a rien moins que chaque ann?e. Dans les derni?res dix ann?es tels de la la chance ont devenu fr?quent — pour l'essentiel gr?ce ? un nouveau gisement australien d'Argajl (Argyle), apportant les diamants roses. Chaque ann?e ? Argajle il y a une vente exclusive des diamants color?s. Ceux qui arrivait l?, affirment que toute la marchandise vendue pourrait se placer facilement sur une paume. Les diamants des autres couleurs entrent pour l'essentiel de l'Afrique. Par exemple, bleu clair trouvent sur une ancienne mine sud-africaine de Kullinan.

Les diamants roses et verts dans les ornementsLes diamants roses et verts dans les ornements

Le diamant rose de 8,02 caratsLe diamant rose de 8,02 carats Jaune (fancy yellow) ou de canari (canary) le diamantJaune (fancy yellow) ou de canari (canary) le diamant

Aucunes r?gles d?finissant le prix de telles pierres, est absentes (et les tableaux de Rappoporta ici aussi de rien ne signifient pas). Nous dirons, r?cemment un diamant color? par le poids ? 7 carats ?tait vendu pour 8 millions de dollars. Pourquoi pour 8, et non pour 3 ou pour 20 ? M?me les dealers exp?riment?s restent pantois : le vendeur demandait notamment tant — et tout.

Pour la r?ception des diamants color?s des ordinaires on utilise la technologie HPHT (high pressure high temperature). Les pierres tiennent sous la pression ? 6–7 гигапаскалей et chauffent jusqu'? 2400–2500 ° que permet de recevoir les diamants vert, jaune, rose et m?me de la plus ch?re couleur rouge. Telles pierres co?tent moins cher des diamants naturels color?s, mais il suffit quand m?me pour se trouver dans la caste sup?rieure des pierres pr?cieuses.

? propos, un ph?nom?ne curieux. Une des sortes les plus bon march? du diamant — les couleurs du cognac, avec un fort reflux jaune. Mais si ce reflux est un peu насыщеннее, un peu plus vivement, il transportera d?j? la pierre tout ? fait ? une autre cat?gorie — aux diamants color?s. En cons?quence, le tout ? fait autre sera le prix. En g?n?ral pour les diamants color?s l'?clat et la saturation de la couleur a la signification immense, m?me большее, que les montants. Une affaire, si la pierre un peu bleu?tre, le tout ? fait autre — si lui nasyshchenno-bleu. Mais que jusqu'aux diamants bruns, ici s'appr?cient le plus haut les nuances : simplement brun il n'y a rien presque, p?le-brun — est un peu plus haut. Mais brun avec la nuance rouge ou orange — une tout ? fait autre affaire. Cela d?j? l'?lite.

Le diamant bleuLe diamant bleu

Le collier avec les diamants rosesLe collier avec les diamants roses

Le diamant le plus c?l?bre color? — "Houp" bleu (45,5 carats), appartenant ? Louis XIV, le Roi-soleil. S'est trouv?e la pierre chez lui ? неограненном l'aspect de l'Inde. Sur le destin pr?c?dant du diamant des informations authentiques est absent. Selon la l?gende, il ?tait un gauche oeil de la statue du dieu de la Crois?e, par qui la Crois?e ch?tiait les p?cheurs, et de chacun, qui s'emparera de cette pierre, les maladies et la mort imminente attendaient. De Grands Mogoly proclamant l'Islam gouvernaient l'Inde alors. Un d'eux, Aurangzeb, s'est rendu c?l?bre pour le fanatisme religieux, il a pill? et a d?truit la multitude de temples hindouistes, en ?rigeant ? leur place de la mosqu?e. Probablement, au cours d'une de telles actions il a obtenu «l'oeil ch?tiant». Et en connaissant la l?gende, s'est d?p?ch? de s'en d?livrer, ayant vendu en Europe.

Apr?s la pierre, qui Louis a command? огранить en forme du coeur, on avait fix? la mauvaise r?putation : on croit qu'il apporte au propri?taire le malheur. Son apparition en Europe a co?ncid? avec le d?but de l'?pid?mie de la peste, la pierre amenant le banquier Jean Batist Tavern'e ?tait d?chir?e par les chiens, Louis XIV, en dansant, est arriv? sur le clou rouill? et est mort de la gangr?ne. Parmi les victimes suivantes : la reine fran?aise Maria Antuanetta, le banquier anglais Houp (du nom de qui est appel? le diamant), la ma?tresse du sultan turc Abdul-Gamida et m?me la couple d'?poux de "Titanic" (la pierre elle-m?me "s'est abstenue" raisonnablement du voyage). Le commissionnaire, qui a livr? la pierre ? l'institut Smitsonovsky ? Washington, o? il se trouve maintenant est devenu la derni?re victime de "Houpa". La pauvre diable ?tait cass?e bient?t par la voiture, heureusement, il resta est vivant, mais sa maison a br?l? avec la femme et le chien.